FRANÇAIS

 

Portail Français
Comment le GIEC est organisé
Les produits du GIEC

 

 

Etablissement des rapports du GIEC

 

Les publications du GIEC sont établies selon des procédures détaillées qui ont été approuvées par le Groupe et qui figurent à l’appendice A des Principes régissant les travaux du GIEC. Les diverses catégories de documents du GIEC donnent lieu à des niveaux d’approbation différents. Sont décrites ciaprès les étapes principales de l’établissement des rapports du GIEC, qui comprennent notamment les rapports d’évaluation, les rapports spéciaux et les rapports méthodologiques. Des procédures spéciales s’appliquent à l’établissement des rapports de synthèse afférents aux rapports d’évaluation, tandis que des procédures simplifiées sont prévues pour l’établissement des documents techniques, qui doivent âtre fondés sur la matière figurant déjà dans les rapports du GIEC, et pour les documents de base, tels que les actes de réunions d’experts et d’ateliers.

 

 

Rédaction des Rapports

 

  Les rapports du GIEC sont rédigés par des équipes d’auteurs désignés par les gouvernements et par les organisations internationales et choisis pour une tâ che spécifique en fonction de leurs compétences. Ces personnes exercent leurs activités au sein d’universités, de centres de recherche, d’entreprises, d’associations de défense de l’environnement et d’autres organismes répartis dans plus de 130 pays. Normalement, plusieurs centaines d’experts du monde entier participent à ce processus de rédaction et plusieurs centaines d’autres au processus d’examen. Il importe que ces équipes comprennent des spécialistes originaires de toutes les régions et que les principaux points de vue scientifiques et techniques y soient représentés.

 

 

Examen et Approbation

 

  Examen et approbation Les rapports du GIEC doivent faire l’objet d’un examen rigoureux en deux étapes, qui garantisse leur fiabilité, leur transparence et leur objectivité. Au cours de la première étape, les versions préliminaires sont soumises à l’examen de spécialistes particulièrement compétents et ayant de nombreuses publications sur le sujet à leur actif (les “examinateurs”). Les versions révisées sont communiquées pour un deuxième examen aux gouvernements ainsi qu’à tous les auteurs et examinateurs. Les versions finales, qui tiennent compte des observations formulées par les spécialistes et les gouvernements, sont présentées à l’assemblée plénière en vue de leur approbation définitive.
  Les rapports dans leur version intégrale doivent âtre acceptés par le groupe de travail responsable de leur établissement. Cette acceptation signifie que le texte n’a pas fait l’objet d’un examen et d’une approbation ligne par ligne, mais qu’il expose néanmoins le sujet de façon complète, objective et équilibrée. Les résumés à l’intention des décideurs donnent lieu à un examen détaillé et sont approuvés ligne par ligne lors d’une session du groupe de travail, cette procédure visant à garantir leur conformité aux éléments factuels figurant dans le rapport dont ils rendent compte. Les rapports méthodologiques, les rapports de synthèse et les rapports spéciaux établis par chacun des groupes de travail du GIEC sont acceptés, approuvés ou adoptés par le GIEC. L’adoption est un processus d’approbation section par section, qui s’applique aux chapitres de présentation générale des rapports méthodologiques et à la version in extenso des rapports de synthèse.

 

 

Structure des Rapports du GIEC et Résumés à l’Intention des Décideurs

 

Généralement, les rapports du GIEC consistent -en des chapitres contenant l’évaluation scientifique, -technique et méthodologique proprement -dite, en un résumé à l’intention des décideurs ou -un chapitre de présentation générale et en un -résumé technique facultatif. Les résumés à l’intention des décideurs sont établis parallèlement à l’élaboration des rapports dans leur version intégrale et sont soumis à l’examen simultané des spécialistes et des gouvernements. Ils sont approuvés, ligne par ligne, en session plénière avec l’assentiment des auteurs principaux, de façon à garantir leur conformité aux rapports scientifiques et techniques dont ils rendent compte.


Les étapes

Etapes initiales La décision d’établir un rapport et celles relatives à son champ d’application, à ses grandes lignes et au plan de travail à suivre pour son élaboration sont prises en session plénière par le GIEC et le groupe de travail compétent. Les rapports méthodologiques et les rapports spéciaux sont souvent établis à la demande ou à l’invitation du Secrétariat de la Conventioncadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Des réunions d’experts ou des ateliers sont fréquemment organisés pour étudier plus à fond le champ d’application et les grandes lignes d’un rapport. Les décideurs et les autres utilisateurs des rapports du GIEC peuvent âtre consultés pour déterminer les questions clefs ayant un rapport direct avec les politiques à suivre. Les gouvernements et les organisations participantes sont ensuite invités à désigner des spécialistes susceptibles d’assurer les fonctions d’auteurs, d’examinateurs et d’éditeursréviseurs pour ce rapport. Les auteurs coordonnateurs principaux et les auteurs principaux sont choisis par les bureaux des groupes de travail compétents parmi les spécialistes proposés et parmi d’autres connus pour leurs publications et leurs travaux.

Le processus de rédaction et d’examen Les coprésidents du groupe de travail ou de l’équipe spéciale chargés d’établir un rapport sont responsables de l’exécution du programme de travail et de la conduite en temps utile d’un examen approprié. L’établissement des rapports est confié aux auteurs coordonnateurs principaux et aux auteurs principaux, qui sont responsables du contenu des chapitres rédigés, lesquels devront âtre acceptés par le groupe de travail compétent ou par le GIEC. Ces auteurs coordonnateurs principaux et auteurs principaux travaillent normalement en équipe de façon à garantir une rédaction uniforme et de haute qualité de l’ensemble des parties constituant une section ou un chapitre. Les auteurs principaux peuvent faire appel à des auteurs collaborateurs pour les aider dans leur tâ che et fournir des éléments scientifiques et techniques spécifiques. Les auteurs se fondent sur des publications dont la valeur scientifique est largement reconnue et qui sont disponibles à l’échelle internationale, ainsi que sur des manuscrits soumis à l’examen du GIEC et sur un choix de publications n’ayant pas donné lieu à un contrôle scientifique par des pairs. La source, la qualité et la validité de ces dernières, provenant par exemple du secteur privé, doivent donner lieu à une évaluation critique par les auteurs et des exemplaires doivent en âtre remis aux examinateurs qui en font la demande. Les différents points de vue, lorsqu’ils sont étayés par des éléments scientifiques ou techniques significatifs, doivent âtre indiqués clairement, arguments à l’appui, dans le texte des rapports. Des réunions d’experts et des ateliers peuvent âtre organisés à titre de contribution à l’établissement d’un rapport.



L’examen, qui est un élément essentiel de l’établissement des rapports du GIEC, est régi par trois principes. Il faut tout d’abord que les rapports rendent compte des résultats scientifiques, techniques et socioéconomiques les plus récents et qu’ils soient aussi complets que possible. Ensuite, une large diffusion doit âtre assurée de manière à obtenir le concours de spécialistes aussi nombreux que possible et originaires de toutes les parties du monde. Enfin, il importe que le processus d’examen soit objectif, ouvert et transparent. L’examen se déroule généralement en trois temps :
1. Examen par des spécialistes du premier projet du rapport;
2. Examen par les gouvernements et les spécialistes du deuxième projet du rapport et du projet de résumé à l’intention des décideurs;
3. Examen par les gouvernements du projet révisé de résumé à l’intention des décideurs. La durée d’un examen est normalement de huit semaines. Les éditeursréviseurs veillent à ce qu’il soit tenu dûment compte des observations des spécialistes et des gouvernements portant sur le fond et conseillent les auteurs sur la façon de traiter les questions litigieuses ou sujettes à controverse.

Etablissement du premier projet Le processus de rédaction débute généralement par une réunion de tous les auteurs coordonnateurs principaux et auteurs principaux, qui rédigent ensuite les premiers projets de texte. Ils peuvent échanger des avantprojets et les communiquer à des spécialistes, pour un examen non officiel, et lors d’une deuxième réunion, ils examinent les observations formulées à cette occasion et établissent les premiers projets de texte.

Premier examen par des spécialistes Les premiers projets de texte du rapport sont communiqués à des spécialistes particulièrement compétents et/ou ayant à leur actif de nombreuses publications dans les domaines sur lesquels porte le rapport et aux spécialistes qui ont été désignés par les gouvernements et les organisations participantes. Il est demandé à ces examinateurs de formuler des observations sur l’exactitude et l’exhaustivité du contenu scientifique, technique et socioéconomique de ces projets et sur leur équilibre général. Leurs observations sont rassemblées par l’unité d’appui technique et examinées lors d’une troisième réunion des auteurs coordonnateurs principaux et des auteurs principaux, puis lors de réunions consacrées aux divers chapitres du rapport. Avec l’aide des éditeursréviseurs, les auteurs coordonnateurs principaux et les auteurs principaux établissent les projets révisés en tenant compte des observations reçues.

Deuxième examen, par les gouvernements et les spécialistes Les seconds projets de texte du rapport et le premier projet de résumé à l’intention des décideurs sont communiqués, par l’intermédiaire des personnes désignées à cet effet par les autorités gouvernementales, à tous les gouvernements, à tous les auteurs et aux spécialistes prâtant leur concours comme examinateurs. Les observations sont de nouveau rassemblées, puis examinées lors d’une quatrième réunion d’auteurs coordonnateurs principaux et d’auteurs principaux, puis lors de réunions consacrées aux divers chapitres du rapport, selon qu’il convient.

Etablissement de la version définitive Les auteurs coordonnateurs principaux et les auteurs principaux établissent, avec l’aide des éditeursréviseurs et en tenant compte des observations des gouvernements et des spécialistes, la version définitive du rapport, qui sera présentée à une session du groupe de travail compétent. Cette version définitive doit décrire les différents points de vue scientifiques, techniques et socioéconomiques, sur un sujet déterminé pouvant donner lieu à controverse, en particulier s’ils s’inscrivent dans le débat politique. Elle doit mentionner les contributions de tous les auteurs, collaborateurs, examinateurs et réviseurs. Un projet révisé du résumé à l’intention des décideurs est communiqué aux gouvernements pour examen final.

Approbation et acceptation La version définitive du rapport contenant le texte intégral des évaluations scientifiques, techniques et socioéconomiques est présentée à une session du groupe de travail responsable de son établissement, en vue de son acceptation. Lors de cette session, le résumé à l’intention des décideurs doit âtre approuvé ligne par ligne. Il peut âtre demandé aux auteurs coordonnateurs principaux d’apporter une assistance technique afin de garantir la conformité de ce résumé au rapport dont il rend compte. Le processus d’approbation est ouvert à tous les gouvernements. Pour âtre approuvé comme rapport du GIEC, un résumé à l’intention des décideurs doit âtre ensuite accepté par le Groupe d’experts. Ce dernier ne peut pas modifier le texte, mais il est nécessaire qu’il l’examine et qu’il signale tout désaccord important.

Publication des rapports du GIEC La plupart des rapports du GIEC sont publiés dans le commerce. Un nombre limité d’exemplaires peuvent âtre fournis gratuitement à des experts provenant de pays en développement et de pays à économie de transition. Les résumés à l’intention des décideurs sont généralement traduits dans les six langues officielles des Nations Unies et publiés par le GIEC. Les rapports en version anglaise intégrale et toutes les traductions sont également disponibles sur CDROM et sur ce site Web.